Simple. La domination et l’attribution des réserves pétrolières et gaz.

Tôt ou tard, le gaz naturel et le pétrole seront épuisés. Tout le monde en a conscience.

Course initiée par les USA. La raison est simple, la médiatisation de fausses excuses aisé.

Je ne peux pas croire un seul instant que quiconque dans les sphères dirigeantes de pays développés ai pu croire au danger de l’armement ou du développement Iraquien. Ni bien entendu pour le bien du peuple Iraquien dont tout le monde se fout.

Si c’était le cas les USA seraient déjà en guerre avec 1/3 du globe, y compris l’Iran, la Corée du nord, en Afrique et voir en Chine.

Non, et l’ensemble des gesticulations médiatique ne sont qu’un cirque, auquel tout le monde se prête dans son pays pour influencer mettre de son côté l’idiot du village qui est l’électorat majoritaire qui choisira entre les frères Paul et Jacques.

Donc Irak = Pétrole. L’Irak est la cible facile. Pas d’armée, et cette fois même pas d’armes pour atteindre l’allié stratégique militaire et idéologique qu’est Israël.

L’Irak est sans doute même le point de départ d’une probable stratégie de domination régionale, avec moyens guerriers si nécessaire.

Pourtant, tôt ou tard, les réserves seront nulles.

Le nucléaires devra couvrira l’immense majorité des besoins.

Mais les USA seront en possession de réserves conséquentes lorsque la pénurie sera là.

J’ai l’impression aussi que personne ne s’accorde sur la quantité mondiale de ces réserves pour plusieurs raisons. 30 ans, 50 ans 150 ans ?!? Tôt ou tard.

Hormis les pays producteurs, qui si ils détiennent encore la production (c’est mal parti !), seuls quelques pays auront la capacité de financer à temps les alternatives qui nécessitent non seulement la maîtrise technologique, mais aussi des capacités financières énormes.

Les USA vont alors asseoir une nouvelle fois, après l’avance due à la seconde guerre mondiale, une avance économique et une domination politique énorme. La concurrence économique sera remise à zéro.

C’est la préparation d’une inévitable 3ème guerre mondiale, celle des ressources pour survivre.

Inévitablement, dans les relations et le système économiques actuels, il n’est pas possible de voir cohabiter l’ensemble des pays dans un monde d’équité, d’équilibre. Il n’y a hélas de « gagnant » qu’avec la contrepartie d’avoir un « perdant ».